Dis-moi ce que tu sens

Une expérience urbaine numérique & olfactive

Nous sommes à un instant très particulier de notre Histoire, ressemblant à l’effondrement de notre civilisation. Le futur devient imprévisible et illisible. L’humanité a-t-elle un avenir à plus d’un siècle ? Résultat d’une réflexion reliant odeurs, oracle et construction du temps, cette expérience recouvrera la forme d’une performance numérique et olfactive dans l’espace public pour choisir et capter l’odeur du futur.

Naissance de Miss Bouillon, gardienne des odeurs
La création d’un futur lisible

Dis moi ce que tu sens est né de plusieurs projets, développés lors d’évènements et de temps différents. Il est notamment inspiré de deux expériences immersives menées en 2012 et en 2016 ; Les moutons électriques, J’irai danser dans une forêt de sms. Ces performances abordaient la question du temps à partir de la construction de présents alternatifs, d’uchronies (un « récit d’événements fictifs à partir d’un point de départ historique »).

Lors de cette expérience, le public était invité à dialoguer par SMS avec l’Oracle, une application conçue pour donner corps à une conversation. L’Oracle permet au visiteur d’explorer son passé, de reconsidérer ses choix. En partant du moment de basculement, de l’instant où il aurait dû prendre une autre décision, il peut alors reconsidérer et modifier son futur, son existence à venir.

Une conversation intime se créé entre le visiteur et la forme virtuelle, entre passé révolu et présent alternatif. Ce dialogue, projeté dans l’espace, rythmait l’expérience en venant s’imprimer sur les corps des performers.

Capter l’odeur et le parfum du futur

Le collectif souhaite poursuivre le projet en travaillant notamment aux côtés de Miss Bouillon, artiste olfactive. La construction d’une machine qui transforme les SMS en odeurs permettrait de créer un oracle urbain qui explorerait le passé du public puis de développer le parfum de l’éternel. In fine, il serait possible de visualiser et sentir l’effluve d’un futur délicat et lisible pour toutes et tous.

Oracle, uchronies olfactives & parfum de l’éternel

Notre présent est en crise et la catastrophe est imminente, alors pourquoi ne pas construire grâce à la force de projection des odeurs, un avenir différent ?

La structure de l’Oracle, déployée lors du festival Plexus Rouge en septembre 2019

Cet Oracle virtuel serait déployé au sein d’une structure-installation invitant le public à s’installer. Un premier temps, les « assemblées du futur », serait le moment de collecte des uchronies et odeurs auprès des visiteurs.

La structure de l’Oracle, déployée lors du festival Plexus Rouge en septembre 2019

Après un second temps, le « parfum du futur », les récits uchroniques seraient délivrés au public sous forme d’odeurs, critères d’évaluation et d’appréciation du nouveau présent construit. Les visiteurs pourraient décrypter le futur à partir des effluves senties…

________________________________________

Direction artistique : Rochdy Laribi

Partenaires :

Clémence Millet, artiste olfactive.

Michaël Moisseeff, pionnier de l’olfaction en France, directeur scientifique d’Asquali et sculpteur d’arômes.

Nao Tanaka, artiste numérique, membre de Deletere, laboratoire nomade sur les nouvelles technologies en tant que médium artistique.

Païkan Marcaggi, chercheur au sein du CNRS, il réfléchit à propos de la physiologie de la mémoire dans le cerveau.

Valérie Bureau, directrice de l’hôtel le Ryad, dans le quartier de Noailles à Marseille. Elle a accueillit des relogés suite aux effondrements du 5 novembre.

Copyright © 2019 Ornic'Art | Audioman by Catch Themes